20200118_005803-rotated.jpg

La Chine contre le reste du monde: un petit échantillon dans un cadre privé le 17 janvier 2020 – Paths to Wine – Vins allemands et vins européens

[ad_1]

La Chine contre le reste du monde – telle était la devise d’un petit procès privé le 17 janvier. Lorsque l’hôte m’a gentiment invité à le faire, j’ai été submergé. Du vin chinois? Je n’ai même pas eu à aller le chercher dans mon sous-sol. Heureusement, l’hôte avait apporté une petite sélection d’un voyage, de sorte qu’aucune autre contribution n’était nécessaire. Pour le « reste du monde », les convives ont fourni des vins rouges bordelais, les vins chinois ayant presque certainement leurs modèles dans cette région viticole.

La viticulture en Chine avec des cépages européens classiques est pratiquée depuis la fin du 19ème siècle et a longtemps été une existence ténébreuse dans l’Empire du Milieu. Il n’a augmenté que depuis les années 90. Les chiffres officiels sont difficiles à trouver, mais environ 11,5 millions d’hectolitres de vin sont probablement produits en Chine. Les experts estiment que la Chine figurera au sommet des plus grandes nations viticoles du monde au cours des prochaines années.

À cet égard, un sujet passionnant et un échantillon de surprises.

Les vins:

Chine vs reste du monde: un petit procès privé le 17 janvier 2020

Les vins ont été dégustés à l’aveugle individuellement. Une commande spéciale n’a pas été spécifiée:

1. Vin: Changli Great Wall Manor Winery « Renato Loss » Cabernet Assemblage en 1998?

Trouver quelque chose en ligne sur ce vin n’a pas été facile du tout. La seule source ici parle en fait du millésime 1998, qui correspondrait au « 98 » sur l’étiquette avant.

Cabernet Gernischt est le nom chinois du cépage Carmenère, qui a été introduit sous le nom allemand « Cabernet Mixed » dès le 19ème siècle et dont le nom chinois représente ainsi une faute d’orthographe du nom allemand.

Le vin lui-même ne vaut pas vraiment une description. Moisi, peut-être avec des défauts de liège, impur, avec un fort ton adhésif. Que ce soit vraiment 1998 reste ouvert, cependant, le vin n’a pas un goût ancien dans le sens de l’oxydation.

2. Vin: Cabernet Sauvignon à vin chinois

Aucun détail n’a été trouvé en ligne par la suite. Ce n’est pas mal, car il ne se passait pas grand chose: plutôt moisi, nez de cave. Fruits frais en bouche avec beaucoup d’acidité. Plutôt court et peu typique de la variété.

3. Vin: Château Beau-Site, Saint-Estèphe, Bordeaux 2003, Cuvée de Cabernet Sauvignon, Merlot, Cabernet Franc et Petit Verdot

La première fois que aha a fait le tour de la table. Le premier vin que tout le monde a aimé. Et nous nous sommes mis d’accord sur l’origine. Ce devait être un «vrai» Bordeaux. Le vin se montre avec une fine épice harmonieuse et un fruit tout aussi fin et légèrement sucré. Un peu de tanin rond a quelque peu perturbé le style fondamentalement élégant. Pas le représentant le plus complexe. Assez belle finition de longueur moyenne. La plupart des participants ont jugé le vin plus mûr qu’il ne l’était vraiment. À cet égard – qui a devrait boire le vin dans un proche avenir.

4. Vin: Kollwentz, Burgenland, Autriche – Steinzeiler 2015 Cuveé de Blaufränkisch (> 50%), Zweigelt et Cabernet Sauvignon.

Le vin n’est que marginalement comparable à Bordeaux en termes de cépage. Néanmoins, le style d’expansion de la puissante cuveé autrichienne peut déjà être comparé à un Bordeaux classique et convivial. Le vin est la cuvée supérieure de la cave Kollwentz sur le Leithaberg près du lac Neusiedl. Le climat de la partie continentale pannonienne a fait un excellent travail pendant la chaleur de 2015:

Nez chaud et dense de cerises et de baies confites avec des épices puissantes, presque torréfiées. Bouche incroyablement dense et puissante. Beau fruit cerise clair, épices incroyablement profondes et complexes, tanins très fins et encore jeunes, notes de chocolat et notes grillées. Une pincée de sel. Finale longue et intense.

Cela est allé entièrement aux douze. Tout le monde était d’accord sur le haut niveau de complexité et de qualité. Mais la force se polarisait déjà. Pour certains, c’était « un peu de tout », mais pour d’autres participants, c’était juste. Conclusion de tout: assurez-vous de le laisser tranquille.

5. Vin: Changli Great Wall Manor Winery « Century Sutra » Cabernet Sauvignon o.Jg.

Encore une fois, à marée basse quand on regarde Internet. Je pensais que ce serait un peu plus facile.

Lors de la répétition, la Chine a été exploitée à nouveau très rapidement. Jusqu’à présent, c’était certainement le meilleur chinois, mais il reste encore beaucoup de rattrapage à faire. Cependant, il a également eu un peu de mal après le grand « acte d’équilibrage » autrichien:

Nuageux dans le verre avec un cassis plutôt sobre. En bouche un vin tricoté assez simple avec un petit fruit fin et des tanins plutôt anguleux, d’épices boisées fines et quelque peu médicinales. Une impression de tanin légèrement amère demeure en bouche.

6. Vin: Ao Yun 2014 (Moët Hennessy – Louis Vuitton) Cuveé élaboré à partir de 90% Cabernet Sauvignon et 10% Cabernet Franc

Chine vs reste du monde: un petit procès privé le 17 janvier 2020 Ao YunLe 2014 est le deuxième millésime de la cave chinoise fondée par le groupe de luxe LVMH. Les raisins pour le vin poussent sur environ 30 ha dans la région himalayenne près de Shangri-La, selon selon 2200 à 2600 mètres d’altitude. La zone a été choisie car elle est comparable à la situation climatique de Bordeaux, mais permet une maturation légèrement plus longue. Rien n’a été laissé au hasard ici. Un produit du marché mondial doit être créé ici.

Le vin est définitivement revenu dans la catégorie aha. La majorité a misé sur Bordeaux ou le reste du monde.

Délicatement épicé, joli nez avec des prunes fraîches, des baies noires et du tabac. En bouche un fruit très clair et fin de cassis et de cerise noire. Épice fraîche avec cacao et anis. Actuellement assez vert, mais tanins fins. Bonne finition.

Dans l’ensemble, ce n’est pas un vin passionnant, mais un bon. Et bien sûr, quelque chose d’unique en termes de région en croissance. Les amis d’un bon rapport prix / plaisir devraient choisir d’autres vins. Un merci spécial au noble donateur!

7. Vin: Château Leoville Barton, Saint-Julien, Bordeaux 2003, Cuveé de 93% Cabernet Sauvignon et 7% Merlot

Nous sommes entrés dans la catégorie wow avec le vin de l’aha. Le vin était déjà décanté du distributeur à la maison, de sorte qu’il était servi directement de la carafe.

Nez épicé extrêmement profond avec des fruits noirs, des cerises acides, du graphite, des notes florales et un peu de bois grillé.

Très fin et élégant en bouche, avec une acidité alléchante parfaitement intégrée (2003!), Très clair, fruits noirs fins, légèrement fumé avec de fines notes grillées. Meilleure utilisation du bois et finition très longue, très claire et fine.

Le vin était en grande forme ce soir-là. Génial!

8. Vin: GreatWall Terroir Selection Cabernet Sauvignon Rouge o.Jg.

Encore une sécheresse sur Internet. Greatwall est probablement le nom d’un vin sur deux en Chine. Il n’y avait rien à trouver sur le vin bu.

Au nez, le vin est plutôt gras avec une saveur plutôt indéfinissable. Avec plus d’air, le tout devient beaucoup plus tolérable. Il y a aussi du bois fort et des notes grillées. Le tout est plus élégant en bouche que le nez ne le suggère. Le vin a une saveur fine et une cerise et un cassis légèrement flou. La belle acidité garde le vin frais et assure une finale juteuse, très claire et de longueur moyenne.

Soigné.

9. Vin: Château Margaux 1er Cru, Bordeaux 1985 Cuvée de Cabernet Sauvignon, Merlot, Cabernet Franc et Petit Verdot

La Chine contre le reste du monde: un petit procès privé le 17 janvier 2020 MargauxUn classique. Encore une fois, un grand merci au distributeur de bouteilles!

Au début, le vin ne fournissait ni ahas ni wow. Au nez, comme son prédécesseur chinois, le vin était initialement très gras. Cette fois dominée par le fer et le sang et les notes gagnantes. Mais cela a également diminué avec le temps, mais est resté en deçà des attentes. En bouche le vin a un fruit plutôt sucré en direction de la prune et du cassis. De plus, des tanins très fins et une saveur chocolatée légèrement fumée. Finition de longueur moyenne. Malheureusement, le vin ne brille pas. Tout semble un peu couvert. De légères marques de vieillissement font le reste. Le vin était vraiment bon à boire, mais il ne répondait pas aux attentes. (Peut-être un problème de bouteille?)

10. Vin: Chateau Xianghai The Manas Winery 2016

Dois-je le dire? Rien à trouver sur le net sur les partenaires Cuveé ou autres informations. Le cabernet sauvignon est là, le nez des poivrons démasque le tout. En bouche un fruit plutôt délavé, rouge, sucré, une épice agréable mais pas trop complexe et des tanins plutôt grossiers. La douceur reste en bouche en finale mi-longue.

Un vin rustique, très décent.

11. Vin: Feiler-Artinger, Burgenland 1014 Cabernet-Merlot 2008, Cuveé élaboré à partir de 69% Cabernet Franc, 17% Cabernet Sauvignon et 14% Merlot

Enfin, nous sommes retournés en Autriche, plus précisément à Rust sur le lac de Neusiedl. Parmi les cépages, nous sommes désormais plus proches de Bordeaux. Par conséquent, le vin s’y trouvait également. Les réactions se situaient quelque part entre Aha et Wow.

Le vin a un nez puissant et intensément épicé avec des fruits noirs, du cacao et des notes grillées.

Une structure tannique dense mais fine en bouche. Corps solide. Des baies noires plutôt sucrées mais une merveilleuse acidité fine et fraîche. Moût dense et meilleure utilisation du bois. Finale longue, agréable et épicée. Aucune trace de vieillissement – super!

La note:

Comme il s’agissait d’un échantillon dans un cadre très détendu, nous avons décidé de ne pas y consacrer de temps. Néanmoins, nous avons voulu savoir quels étaient les vins de la soirée. Le résultat a été déterminé comme suit: Somme de: 1ère place 3 points, 2e place 2 points, 3e place 1 point:

1ère place: Château Leoville Barton, Saint-Julien, Bordeaux 2003 (3 points de tous les participants!)
La Chine contre le reste du monde: un petit procès privé le 17 janvier 2020 Leoville Barton

2e place: Kollwentz, Burgenland, Autriche – Steinzeiler 2015
La Chine contre le reste du monde: un petit échantillon en privé le 17 janvier 2020 Kollwentz

3e place: Feiler-Artinger, Burgenland 1014 Cabernet-Merlot 2008
La Chine contre le reste du monde: un petit procès en privé le 17 janvier 2020 par Feiler Artinger

La conclusion:

Ce fut une soirée très excitante pour moi. Pas seulement à cause de la compréhension du monde du vin chinois. Bordeaux n’est pas vraiment mon hobby non plus. Le Leoville Barton a été une véritable révélation de la qualité et surtout de l’élégance du Bordeaux.

Mais la Chine a certainement un long chemin à parcourir, qui se reflète non seulement dans les vins de l’échantillon, mais aussi dans la façon dont tout est désorganisé du point de vue de l’internet européen en ce qui concerne les zones de culture, les qualités et les variétés. Mais c’est peut-être trop à attendre, après tout, la soif croissante de cet immense pays doit être étanchée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Articles similaires

Autres Articles